MICI Sans Frontières | MICI Infos | MICI Microbiome | RawTeam MICI

MICI News Infos Recherches Microbiome Microbiote Alimentation Santé Nutrition Hygiénisme Naturopathie Nutrithérapie Videos /Crohn RCH/ Plate-Forme Infos / Site Libre et Indépendant Sans conflits d'intérêts
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partagez | 
 

 L'impact du microbiote intestinal sur le cerveau et le comportement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MiciSansFrontieres




MessageSujet: L'impact du microbiote intestinal sur le cerveau et le comportement   Ven 04 Jan 2013, 12:38

Introduction:

Notre microbiote est l'ensemble des micro-organismes (bactéries, levures, champignons,..) qui nous habitent aussi bien à l'intérieur de notre corps, que sur toute la surface de notre peau. Nous vivons grâces à plus de cent mille milliards de microbes. Si nous prenons les populations microbiennes de notre microbiote intestinal, chacun de nous en possède entre 1,5 et 2 kilos.

Notre microbiote communique avec notre cerveau et notre cerveau communique avec notre microbiote.





L'impact du microbiote intestinal sur le cerveau et le comportement


Nous avons assisté ces dernières années à un intérêt croissant vis à vis du microbiote intestinal en tant que sujet d'intérêt majeur de la recherche en microbiologie.

Des études ont révélé comment les variations et les changements dans la composition du microbiote intestinal influencent la physiologie et que des modifications dans l'environnement du microbiote intestinal impactant son équilibre peut conduire à des maladies telles que les maladies inflammatoires intestinales, à l'obésité et de nombreuses autres maladies.

L'accumulation des données indiquent aujourd'hui que le microbiote intestinal communique également avec le système nerveux central - par le biais des voies neuronales, endocriniennes et immunitaires - en influençant ainsi le fonctionnement du cerveau et le comportement.

Les microbes dont nous sommes les hôtes agissent dans la régulation de l'anxiété, de l'humeur, de la cognition et de la douleur. Ainsi, la modulation de la composition du microbiote par le premier geste de modifications alimentaires est une stratégie pour le développement de traitements dans les troubles liés par exemple au système nerveux central.


Figure 1. Voies impliquées dans la communication bidirectionnelle entre le microbiote intestinal et le cerveau.
Des chemins multiples directs et indirects existent à travers lesquels le microbiote intestinal peut moduler l'axe cerveau-intestin.

Ces chemins comprennent le système endocrinien (par exemple le cortisol), le système immunitaire (par exemple les cytokines) et les voies neurales (les système nerveux, entérique et vague).

L'axe hypothalamus-pituitaire-surrénales régule la sécrétion de cortisol, et le cortisol peut affecter les cellules immunitaires (y compris la sécrétion de cytokines) à la fois au niveau systémique et localement dans les intestins.

La production de cortisol peut également faire modifier la perméabilité intestinale, la fonction barrière, et modifier la composition du microbiote intestinal. Inversement, le microbiote intestinal et les probiotiques, ainsi que les fibres végétales que l'on puise dans les fruits et légumes peuvent modifier les niveaux de cytokines en circulation, ce qui peut avoir un effet marqué sur la fonction cérébrale ainsi que la régulation de l'inflammation.

Le nerf vague et la modulation des niveaux de tryptophane sont fortement impliqués dans la transmission de l'influence du microbiote intestinal dans le cerveau. En outre, les acides gras à chaînes courtes des fibres alimentaires végétales sont des métabolites bactériens neuroactifs qui peuvent aussi moduler le cerveau et le comportement.
*ACTH: hormone corticotrope
*CRF: facteur de libération de corticotrophine



Mécanismes par lesquels le microbiote affecte la fonction du système nerveux central

La composition du microbiote intestinal comprend plusieurs espèces qui ont pour chacune différents rôles et qui agissent de plusieurs façons. Par exemple, certaines d'entre elles se servent des fibres alimentaires végétales comme substrats de croissance pour bioconvertir des sucres en produits de fermentation tels que des acides gras à chaîne légère comme par exemple le butyrate et générer des substrats de croissance (par exemple, des polysaccharide exocellulaires ou des vitamines) pour d'autres bactéries produisant des bactériocines sur la paroi entérique, améliorant la fonction de la barrière intestinale, réduisant l'inflammation. Ces interactions inter-espèces permettent de réguler des colonisations intestinales et de modifiet la persistance tout en stimulant les réponses immunitaires innées, ceci ayant des effets prononcés sur les voies de signalisation intestin-cerveau.


Activation du système immunitaire
Les populations microbiennes de notre microbiote intestinal ont des effets directs sur notre système immunitaire. En effet, les systèmes immunitaires inné et adaptatif collaborent pour maintenir l'homéostasie à la surface luminale de l'interface microbienne de l'hôte, ce qui est crucial pour le maintien d'un bonne santé. Le système immunitaire exerce également une communication bidirectionnelle avec le système nerveux central (SNC), ce qui en fait une cible de choix pour la transduction de substances produites par nos microbes à l'intention du système nerveux central. Par ailleurs, les effets indirects du microbiote et des bactéries dites probiotiques sur le système immunitaire inné peut entraîner des modifications dans les niveaux des cytokines pro-inflammatoires et anti-inflammatoires qui affectent directement le fonctionnement du cerveau.


Nerf vague
Le nerf vague (nerf crânien X) a deux rôles: efférent et afférent. C'est le nerf majeur de la division parasympathique du système nerveux autonome qui régule les fonctions de plusieurs organes, y compris les constrictions bronchiques, la fréquence cardiaque et la motilité intestinale. De plus, l'activation du nerf vague a été démontrée pour avoir des capacités anti-inflammatoires prononcées, protégeant contre le sepsis induit par des microbes au sein du récepteur nicotinique à l'acétylcholine α7 sous-unité mode-dépendant. Environ 80% des fibres nerveuses sensorielles transmettent des informations sur l'état des organes du corps vers le SNC (système nerveux central). Bon nombre de fonctions cérébrales se sont avérées être dépendantes de l'activation vagale et cette dernière peu étre dépendante de l'activation provenant du microbiote intestinal.
Toutefois, des mécanismes vague-indépendants sont également en jeu dans les interactions cerveau-microbiote, ainsi une vagotomie n'affecte pas les effet de traitements antimicrobiens sur le cerveau ou le comportement. Par ailleurs, les mécanismes par lesquels les afférences vagales sont activées par le microbiote intestinal sont étudiées avec soin afin de mieux comprendre ces interactions.


Métabolisme du tryptophane
Un nombre croissant d'éléments de preuves du dérèglement de la souvent négligée kynurénine est la voie métabolique du tryptophane. La kynurénine représente plus de 95% du tryptophane périphérique disponible chez les mammifères.

La L-kynurénine (énantiomère S) est un métabolite de l'acide aminé tryptophane utilisé dans la production de la niacine connue aussi sous le nom de vitamine B3. Il y a de nombreux éléments de preuves sur le rôle de la kynuréine au niveau de nombreux troubles à la fois du cerveau et du tractus gastro-intestinal. Il y a des preuves évidentes que des bactéries telles que Bifidum infantis peuvent modifier les concentrations de kynurénine. Ce n'est pas une propriété universelle de toutes les souches Bifidobacterium, par exemple Bifidobacterium longum n'a montré avoir aucun effet sur ​​les niveaux de kynurénine, mais elle a d'autres fonctions.

Le tryptophane se trouve également dans de nombreux aliments comme les bananes mûres, les mangues, ainsi que d'autres fruits et légumes.


Métabolites microbiens
Des bactéries intestinales modulent différentes réactions métaboliques de l'hôte, conduisant à la production de métabolites tels que les acides biliaires, la choline et des acides gras à chaîne légère qui sont essentiels pour la santé de l'hôte. En effet, les fibres alimentaires végétales sont digérées puis ensuite fermentées dans le colon par des micro-organismes intestinaux qui produisent des acides gras à chaîne légère tels que le butyrate, l'acétate et le propionate, qui sont connus pour avoir des propriétés neuro-actives.


Neuro-métabolites microbiens
Les bactéries ont la capacité de générer de nombreux neurotransmetteurs et neuromodulateurs. Il a été montré que par exemple des espèces Lactobacillus  et Bifidobacterium produisent des GABA; des Escherichia spp.et Bacillus spp produisent de la noradrénaline; que Candida spp., Streptococcus spp., Escherichia spp. et Enterococcus spp.produisent de la sérotonine; des Bacillus spp. produisent de la dopamine, et des Lactobacillus spp. produisent de l'acétylcholine.

Des microbes modulent également les concentrations des récepteurs opioïdes et cannabinoïdes dans l'épithélium intestinal. Cependant, comment cet effet local se produit ou se traduit par des effets anti-nociceptifs observés dans des modèles animaux lors de douleur viscérale, tout n'est actuellement pas encore éclairci et d'autres recherches se poursuivent. Néanmoins, il est concevable que les neurotransmetteurs sécrétés par des micro-organismes dans la lumière intestinale peuvent induire les cellules épithéliales à libérer des molécules qui à leur tour modulent la signalisation neuronale dans le système nerveux entérique, ou agissent directement sur ​​les axones primaires afférents.


Sucres des parois cellulaires bactériennes
Les polysaccharides exocellulaires de la couche extérieure de bactéries dites probiotiques est en grande partie responsable de la plupart de leurs effets favorables à la santé. En effet, les polysaccharides exocellulaires d'espèces comme Bifidobacterium protègent ces bactéries de l'acide et de la bile se trouvant dans les intestins et protègent également ces bactéries de la réponse immune de l'hôte. Ces découvertes ouvrent la possibilité de composants bactériens comme bases thérapeutiques. En effet, comme les métabolites neuroactifs, les composants des parois cellulaires des micro-organismes dans la lumière intestinale ou attachés aux cellules épithéliales sont aptes à libérer des molécules qui modulent la signalisation des neurones et qui agissent directement sur ​​les axones primaires afférents.



Figure 3. Impact du microbiote sur l'axe intestin-cerveau dans la santé et la maladie.
Un microbiote équilibré est essentiel pour une physiologie intestinale normale et contribue à la signalisation appropriée le long de l'axe intestin-cerveau et, de ce fait, à l'état de santé de l'individu, comme indiqué sur le côté gauche de la figure. Comme le montre le côté droit de la figure, une dysbiose intestinale peut influencer négativement la physiologie intestinale, menant à une signalisation inappropriée de l'axe intestin-cerveau et les conséquences associées aux fonctions du système nerveux central entraînent des états pathologiques. A l'inverse, les niveaux de stress au niveau du système nerveux central peuvent affecter la fonction intestinale et conduire à des perturbations du microbiote.

Liens Connexes

=> Les interactions entre le microbiote intestinal et le cerveau

=> Microbiome Cerveau Intestins Système Nerveux Entérique (SNE) Comportement Emotions

=> Microbiote et axe cerveau-intestin: quand la microbiologie va à la rencontre des neurosciences

=> De nouvelles preuves démontrent que le microbiote intestinal influence la chimie du cerveau, l'humeur et les comportements  

=> Quorum Sensing: La Vie sociale Secrète des Microbes ou Comment les Microbes Communiquent Entre Eux


Exemples d'études sur l'impact du microbiote intestinal sur le cerveau et le comportement
Mind Alteringmicroorganisms



Revenir en haut Aller en bas
 

L'impact du microbiote intestinal sur le cerveau et le comportement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MICI Sans Frontières | MICI Infos | MICI Microbiome | RawTeam MICI  ::  :: -